Les hémorroïdes

 

Les différentes pathologies hémorroïdaires:

Les hémorroïdes «non compliquées»

Elle se présente sous la forme de dilatation des paquets hémorroïdaires, veines dilatées, et peuvent apparaître au niveau de l’anus. Elle sont souvent la cause de difficulté à la défécation, de faux besoin, et de saignement lors de la défécation ou en dehors de celle-ci. Par ailleurs lors de leurs protrusion à l’anus elles finiront par s’enflammer, engendrant ainsi des douleurs.

Il n'existe pas de corrélation entre l'intensité des symptômes (saignement, douleur et gonflement) et les modifications anatomiques constatées lors de l'examen clinique.
Celles-ci sont classées en 4 grades selon le degré d'extériorisation (procidence) des paquets hémorroïdaires qui témoigne de l'élongation voire de la rupture du système de suspension.

  1. Stade 1 : Symptômes hémorroïdaires sans aucune extériorisation.

  2. Stade 2 : Extériorisation fugace lors de la défécation ou poussée.

  3. Stade 3 : Extériorisation franche à la défécation ou à l'effort, suivie d'une réduction spontanée lente ou aidée par la pression du doigt.

  4. Stade 4 : extériorisation permanente (prolapsus hémorroïdaire).

Dès lors que les hémorroïdes internes franchissent la partie terminale du canal anal (zone où la pression du sphincter anal est maximale), la gêne hémorroïdaire devient permanente et les hémorroïdes ne peuvent plus jouer leur rôle physiologique. Cependant, en cas de faiblesse du sphincter anal, les hémorroïdes peuvent "obstruer" l'anus et masquer une incontinence potentielle.

Les prolapsus hémorroïdaires

Il s’agit d’un stade avancé (stade 4) des hémorroïdes, lorsque celle-ci font protrusion au travers de l’anus.

Les thromboses hémorroïdaires

Elle surviennent lorsque la stase veineuse devient importante dans une hémorroïde, un thrombus (caillot de sanguin) se crée engendrant une inflammation aigüe de l’hémorroïde source des violentes douleurs.

Un traitement en urgence est alors indiquer afin de soulager les douleurs et de traiter le problèmes hémorroïdaires si possible chirurgicalement.


Les traitements

Les traitements médicaux

Le traitement médical repose sur la régularisation du transit intestinal en traitant la constipation, sur l'administration de médicaments ayant un effet tonique veineux et de topiques locaux (crèmes et suppositoires) et le traitement instrumental réalisé au cabinet (ligature élastiques…). Il sont proposés de première intention mais il ne sont plus efficace dès lors qu'il existe une procidence importante (stade 3). C'est à ce stade qu'une chirurgie hémorroïdaire est indiquée en fonction de la demande du patient.

L'objectif du traitement chirurgical est d'obtenir la disparition des manifestations hémorroïdaires tout en préservant la continence anale. Plus rarement la chirurgie peut être décidée rapidement en raison de manifestations telles que :

  1. Des saignements réfractaires à un traitement instrumental, ou responsables d'une anémie du fait de leur répétition, ou des saignements survenant chez des patients qui sont sous traitement anticoagulant ou aspirine.

  2. Des thromboses hémorroïdaires douloureuses.

  3. Un prolapsus hémorroïdaire très douloureux malgré le traitement médical intensif.


Les cures d’hémorroïdes:

Lorsque les hémorroïdes deviennent trop importante et/ou gênantes (douleurs, saignement,...), elles nécessite un traitement chirurgical; car les traitements médicamenteux efficace pour calmer les désagréments des complications aigües ne sont plus suffisant.

Les cures d’hémorroïdes selon Milligan-Morgan:

Technique développée dans les années trente, elle consiste en la résection complète des paquets, ou plexus, hémorroïdaires et de la muqueuse rectale adjacente en y associant une ligature des artères nourricières. Cette technique encore pratiquée, laisse des ponts de paroi rectale sans muqueuse et est ainsi associée à des douleurs lors de l’émission des selles jusqu’à cicatrisation complète (4 à 6 semaines), parfois plusieurs semaines. C’est pourquoi nous réserverons cette techniques à de rares cas ne pouvant être traiter par une autre approche (opération de Longo,...).

Les cures d’hémorroïdes selon Parks ou selon Fergusson:

Elle font partie de différentes techniques issue d’adaptation de la technique de Milligan-Morgan qui associe une fermeture plus ou moins complète des plaies rectales.Dans le cas de cure selon Fergusson  on réalise une fermeture complète des plaies. Ces techniques sont plutôt réservée à des cures emportant un paquets hémorroïdaires, ce qui peut arriver si un seul plexus est atteints. Par contre ces technique ne sont pas adaptée lorsque tout les paquets sont atteints en raison d’un risque de sténose.

Les cures d’hémorroïdes selon Longo:

L’opération de Longo, nouvelle technique innovante, développée au cours des années 90 par le Docteur A. Longo, appelée aussi anopexie rectale ou hémorroïdopexie mécanique représente une technique de choix actuellement.

L’originalité de l’opération de Longo est de ne pas enlever complètement les plexus hémorroïdaires, mais de traiter les hémorroïdes internes en les fixant dans le rectum et en les réduisant de volume permettant de les empêcher de sortir par l’anus. Ainsi, plutôt que de les enlever, le chirurgien « répare » les plexus hémorroïdaires qui existent normalement chez tout individu et joue un rôle important dans la continence.

En pratique, cette intervention consiste à enlever un cylindre de muqueuse rectale, juste au dessus du canal anal. Cette résection est réalisée au moyen d’une pince chirurgicale, introduite par l’anus, qui coupe une bourse que le chirurgien à réalisé préalablement avec paroi muqueuse du rectum, emportant les artères nourricières des paquets hémorroïdaires, et la ressoude avec de petites agrafes. Le chirurgien vérifie alors soigneusement l’hémostase de la suture mécanique. La muqueuse du rectum ainsi raccourcie retend les plexus hémorroïdaires internes vers l’intérieur du rectum. L’intervention dure en moyenne 20 minutes; elle est généralement réalisée sous anesthésie générale mais peut être effectuée sous loco-régionale. L’hospitalisation dure généralement 1 jours.

Cette technique ayant l’avantage de ne pas laisser de plaie rectale ouverte occasionne moins de douleur post-opératoire. La suture cicatrise en 3 à 4 semaines sans nécessiter de soins particuliers si ce n’est un traitement laxatif pour éviter des efforts trop importants lors de l’émission des selles. Au bout de quelques semaines, les petites agrafes sont éliminées avec les selles.

De petits saignement peuvent se produire dans les heures suivant l’intervention, ou au passage des selles dans les jours qui suivent, comme lors des autres type de cures d’hémorroïdes. Rarement, et moins fréquemment qu’avec les autres cures d’hémorroïde peuvent persister une fissure anales nécessitant des traitements locaux.

Cette technique ne traitant pas les hémorroïdes externes, celle-ci, si elles sont très importante avant l’intervention, peuvent nécessité un geste chirurgical subséquent.

  1. Oesophage

  1. Duodénum

  1. Intestin grêle

  1. Colon

  1. Rectum

  1. Anus

  1. Foie

  1. Rate

Les organes digestifs et leurs pathologies:

Les hémorroïdes

Il s’agit, selon l’usage commun, de pathologies touchant les plexus hémorroïdaires internes le plus souvent. Ces plexus sont au nombre de trois et participe à la continence aux gaz notamment. Ces pathologies hémorroïdaires se développent suite à la dilatation des veines hémorroïdaires contenue dans ces plexus.

Les pathologies hémorroïdaires sont malheureusement fréquentes et touche environ un adulte sur trois. Leur survenue est en liens avec différents facteurs favorisant, telles que: une constipation chronique, la grossesse, le port de charge lourde répétitif, de longue période en position assise (travail),...

Les hémorroïdes.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

  1. Hémorroïdes

retour introductionintroduction_francais.htmlAccueil.htmlshapeimage_1_link_0

D’après Wikipedian prolific, wikipedia.

Opération de Longo
(Hémorroïdectomie)Longo.html
  1. Estomac